Garçon ou Fille : Être déçus ?

Bonjour,

 

Les parents ont des attentes différentes pour la fille et pour le garçon même si c’est parfois inconscient; des études récentes ont en effet montré que le ton de voix emprunté pour parler aux bébés est différent, selon qu’ils soient de sexe féminin ou masculin. On parle plus doucement à une petite fille, alors qu’on adopte généralement une voix plus ferme, plus vigoureuse, avec un petit garçon.

[…]

En ce qui concerne les attentes parentales, une étude de Rubin, Provenzano, et Luria en 1974 indique que les parents ont des espérances différentielles des fils et des filles dès 24 heures après la naissance. L’expérience de Luria rend compte du processus d’étiquetage de la part des parents.

Source.

vendredis intellos

smiley No Triste

Aujourd’hui, un petit article sur quelque chose que je ne comprends pas  : être déçu, voir triste à en pleurer, du sexe de son enfant à venir !

Edit : En préambule, je précise que cet article (comme mon blog) est mon avis personnel. Il va de soit que beaucoup ne seront pas de mon avis, tous les commentaires sont publiés si vous souhaitez faire part de vos remarques.

Tout commence souvent 5 mois avant … par un test qui vire positif. Du bonheur pour ceux qui l’attendent depuis plus ou moins longtemps, le partage de cette joie dans la famille, les amis … test grossesse PositifOn se met à imaginer la chambre, comment sera cet enfant, ce qu’on fera avec lui, la façon dont on essayera d’être des « bons » parents … et LE prénom !

Bref, on imagine son avenir 🙂 Et pour 80 à 90% des parents, toutes ces étapes ne semblent concrètes et possible qu’après avoir demandé le sexe du bébé. Alors garçon ou fille ?

Garçon ou fille : Quand savoir ?

En France, lors d’une grossesse normale, 3 échographies sont proposées (je rappelle que les échographies ne sont en rien obligatoires ! Elles sont proposées, remboursées – en partie – et conseillées).

Celle qui nous intéresse dans le cas de cet article est l’échographie du 2eme trimestre, dite échographie morphologique.

Cette échographie, utile pour vérifier les caractéristiques du bébé et sa bonne croissance, permet aussi à l’échographe de révéler sans trop de doutes le sexe de l’enfant.

ventre Rose Bleu garçon ou fille

Pour notre part, lors de cette échographie, après les mesures utiles, l’échographe nous a demandé si nous « souhaitions savoir » ? Mais non … nous avons préféré ne pas dévoiler cette « surprise ».

Donc, à ce moment-là, les parents peuvent souhaiter savoir le sexe de leur enfant.

Garçon ou fille : Pourquoi savoir ?

– L’autre argument qui revient souvent est l’impatience. Impossible de patienter 4 mois de plus avant de « savoir ». Mais de toute façon, l’enfant est déjà déterminé non (avant même de savoir qu’on est enceinte d’ailleurs !) ? Impossible d’influencer sur la chose 4 mois avant ou après ? Et surtout qu’est ce que ça change ? C’est sûrement cela que je ne comprends pas.

– Beaucoup arguent qu’il s’agit d’un élément pratique, pour pouvoir décider du prénom, la couleur de la chambre, acheter robe ou pantalon …

Bref de la logistique qui, pour l’avoir vécu, n’est en rien problématique lorsqu’on ne sait pas. On a trouvé 2 prénoms, privilégié les vêtements blanc, beige, neutre et on l’a attendu comme tous les parents attendent leur nouveau-né.

 

Edit : D’autres éléments vous on poussé à demander ?

 

 Être déçu(e)s ?

Autour de moi, plusieurs mamans m’ont déjà fait part de cette déception, cette tristesse et même de loup qui hurlepleurs lors de l’annonce du sexe de l’enfant.

Idéalisant une famille, idéalisant des relations avec cet enfant, idéalisant l’enfant pendant ces 5 mois de grossesse à se forger une idée et à « espérer » !

Mais quelque part, j’ai envie de hurler quand j’entends ce genre de propos.  Comment pouvoir apprécier sentir un enfant en soit, bouger, grandir, évoluer, déjà vivre et partager, tout en se faisant une idée si précise de qui il est ou plutôt de qui il doit être ?

Car souhaiter à ce point (au fond de soi) avoir un fils ou une fille (au choix), c’est vraiment vouloir influer sur son enfant ? C’est regretter à vie ce qu’il est ? C’est garder cette sensation d’inachevé et d’imperfection ?

Je trouve ça triste et révoltant.

Triste car avoir un fils, une fille, c’est surtout avoir un enfant, à qui on balisera au mieux le chemin pour qu’il trace sa route.
Triste car avoir un fils, une fille, c’est agrandir sa famille et partager avec son compagnon, ses aînés, son entourage, ce nouvel être qui grandit et cette nouvelle personnalité.
Triste car avoir un fils, une fille,  c’est l’aimer et être heureux de le voir évoluer chaque jour. Que ce soit une fille ou un fils, le voir faire ses premiers pas, dire ses premiers mots, ou rigoler aux éclats seront tellement de moments magiques et de bonheur non ?

Révoltant car avoir un enfant, c’est déjà magique et le désir conjugué à l’attente font sûrement mauvais ménage …
Révoltant car avoir un enfant, c’est très peu pour soit, mais surtout pour lui, cet être à qui on donne vie.
Révoltant car avoir un enfant, c’est l’aimer sans le juger quoi qu’il advienne.

Edit : Mes propos peuvent paraître dures, mais c’est ma conviction profonde. J’entends bien la détresse de ces parents, souvent les mamans, quant à la difficulté de gérer ces sentiments. Personnellement, quand quelque chose me perturbe à ce point, j’essaye d’en trouver la source, la raison profonde et soit de la résoudre si c’est possible, soit de la connaître pour la maîtriser.

Cet article, très bien rédigé peut donner des pistes.

Dans tous les cas, il est en effet important de respecter ses sentiments tout en essayant de trouver des réponses surtout si ces sentiments sont destructeurs et ambivalents.

 D’où peut venir cette déception ?

Alors pourquoi cette immense déception pour certains ?

Edit : Souvent inconscientes, ces « images » et souhaits viennent de nos vécus, de nos relations familiales. La encore, les clichés perdurent et faire un retour sur son propre passé peu permettre d’avancer pour sereinement accueillir l’enfant. Un article sur ce blog explique différents cas et pistes de solutions.

body rose tracteurCertains parents se projettent dans une idée suivant le sexe de leur enfant.

Edit : Dans notre société où les femmes sont mises en avant, les catalogues de vêtements nous le rappellent sans cesse, la ‘parité’ est de mise, beaucoup autours de moi souhaitent une fille. Conscient ou inconscient ce désir peut différer suivant le vécu mais aussi les pays. Choisir le sexe de son enfat ? par J. Milliez revient sur ce sujet par ici.

Pour ma part, je dirai que : Oui, jouer aux tracteurs avec une fille comme jouer aux poupées avec un garçon c’est possible. Envisagez un esthéticien, ou une routière, c’est tout autant possible … Et sans aller dans ces extrêmes, se projeter avec un enfant qui sera lui-même sera le plus beau des cadeaux à lui faire.
Rester dans une idée formatée de la société n’aidera pas à en sortir.
Mon fils porte des tee-shirts, pulls ou bodys roses et c’est le plus beau avec 😉

Edit : En ce qui concerne les attentes parentales, une étude de Rubin, Provenzano, et Luria en 1974 indique que les parents ont des espérances différentielles des fils et des filles dès 24 heures après la naissance. L’expérience de Luria rend compte du processus d’étiquetage de la part des parents. À un groupe de pères et de mères auxquels on demandait leurs impressions sur leur bébé (réunis dans un groupe homogène de caractéristiques), 24 heures après la naissance, les réponses étaient presque toujours stéréotypées.

En effet, les garçons étaient grands, solides, aux traits marqués. Tandis que les filles étaient petites, belles, mignonnes, gentilles, aux traits fins, significativement plus distraites que les garçons.

Source.

Certains idéalisent une « famille » suivant leur propre vécus et ressentis par rapport à leurs frère(s) / sœur(s) / entourage. Et résultat, lors de cette découverte finissent en larmes. Mais, des mauvaises relations antérieures ne peuvent-elles pas justement aider à être plus fort et à dépasser cela ? Ou a l’inverse éviter de reproduire des clichées ?

Des frère/sœur ne sont pas forcément les meilleurs amis du monde, chaque personnalité d’une famille aide l’autre à se construire. Chaque membre doit évoluer et en tirer profit pour grandir ensemble en se respectant, aux parents de guider la troupe.

Certaines familles (l’entourage) mettent la pression, que ce soit pour un fils (pérenniser le « nom », assurer la descendance … bref des choses futiles de mon point de vue), ou pour une fille : c’est plus doux, plus délicat …

Bref, de nombreux critères non-objectif qui font qu’un enfant à naître est l’objet de tous les fantasmes ! Et connaître le sexe permet aussi de faire retomber cette pression.

Edit : Hoffman, en 1977, recueille la même année les raisons données par des femmes en ce qui concerne leur préférence pour avoir des fils. Selon elles, cela provenait surtout de leur mari, pour continuer le nom de famille, et pour être un compagnon à leur conjoint.
Les raisons de vouloir des filles incluent avoir un compagnon pour elles-mêmes et pour avoir l’amusement habillant une fille et la coiffant par exemple.

Source.

 

bebe Surprise

Alors en guise de conclusion j’oserai dire : Avant de vouloir un enfant, soyez au clair avec cette idée, car vouloir un enfant, c’est souhaiter accueillir un petit humain, presque asexué, et se faire à l’idée que la vie de parents sera celle d’un guide, d’une aide, d’un soutient et non pas d’un modèle !

Appréciez ce beau cadeau 🙂

 

Quelques liens intéressants sur le sujet : Stéréotypes de genre – Les attentes parentales et l’influence parentale, Gérer sa déceptionConnaître le sexe, qu’est-ce que ça change ?, Fille ou garçon ?.

 

 

Marie

marie

Rendez-vous sur Hellocoton !

31 réflexions au sujet de « Garçon ou Fille : Être déçus ? »

  1. Bonjour,
    je crois que tu exageres, et que tu juges trop tot les mamans qui veulent savoir le sexe. Bien sur je suis d’accord avec toi avec tout ce que tu dis d’accueillir un petit humain, et comme toutes les mamans d’ailleurs, je suis sure. Mais on a toutes des histoires différentes, et des peurs, des représentations, et ça on ne peut pas le changer comme ça. Je voulais une fille, pour plein de raisons qui ne me paraissent pas idiotes, mais plutot legitime, et entendables. J’ai eu un garçon, et je suis la plus heureuse. Car bien sur vouloir un sexe en particulier, ne veut pas dire qu’on va moins aimer notre enfant. Mettre au monde un enfant est la chose la plus forte qui soit, toutes les mamans peuvent en témoigner. Tes mots sont trop durs, et trop jugeants.

    • Bonjour Audrey,
      Merci beaucoup d’avoir pris le temps de mettre un message avec ton ressenti.

      Je pense que mon article a été mal interprété. Je ne juge pas le fait de vouloir connaître le sexe, vouloir savoir pour le plaisir je comprends. Quoi que l’impatience de 4 mois de plus permet d’ajouter un petit piment de mon pont de vue. Mais la encore, la technologie le permet alors pourquoi pas …

      Toutefois, c’est surtout cette « déception » ! La nature fait qu’on a quand même 50% de chance de l’un ou l’autre quand même. Ca me fait sincèrement peur d’un point de vu humain quand dans quelques dizaines d’années le choix du sexe sera devenu réalité… (la génétique &co).

      Oubliez cet élément me dépasse … C’est surtout cela que je ne comprends pas ?!
      Au plaisir 🙂
      Marie

  2. Coucou!
    Pour une fois, voilà que je ne suis pas d’accord avec toi.
    Enfin, je comprends ton point du vue, mais ce n’est pas le mien.

    Ici, pour bébé 1, aucune préférence pour le sexe, juste une envie, une espérance d’avoir un jour une petite fille, de prime abord pour des raisons futiles, parce que oui, j’avais l’impression que je pourrais partager plus de choses, d’activités avec une fille, parce que je trouvais qu’on pouvait trouver des fringues plus sympas.
    Apres, je pense qu’il y avait des raisons, moins consciente. Mon père était violent, mon frère était violent, j’ai toujours eu une relation compliquée avec les garçons à cause de ça, et j’avais sans doute peur de reproduire une relation tendue avec un petit mec.

    Au final, à la deuxième écho on a demandé le sexe, pour les raisons que tu trouves nulles. Oui, c’est vrai, j’avais envie de faire une chambre avec des couleurs marquées « filles » ou garçon, oui, j’avais envie d’acheter des vêtements sexués, et pour des raisons financières et aussi parce que j’ai tendance à vouloir toujours prévoir, planifier les choses à l’avance j’avais besoin de commencer tous ca avant la naissance.
    On attendait une fille. Et oui, j’ai eu plaisir à l’appeler par son prénom pendant les derniers mois de la grossesse, à imaginer ce que je pourrais faire avec elle… à fantasmer ce bébé. Le rêver, mais surement pas l idéaliser. ?

    Pour bébé 2, va savoir pourquoi, certains espère le choix du roi, moi je m’en moquais, pas de préférence, mais tjrs ce besoin, cette envie de savoir. Une deuxième fille. Jetais comblée, et j’ai à nouveau pu penser chambre de « fille », l’appeler par son prénom, faire du tri dans les affaires de sa sœur etc. etc.

    En fait je ne vois pas ce que ça apporte d’attendre la naissance, puisque de toute façon, ce jour la tu as déjà plein de surprise. Le bébé a-t-il des cheveux, blonds, bruns, da taille son poids, et surtout tu savoures ses premiers moments.

    En fait je trouve que savoir a l’écho ou attendre les deux sont compréhensibles. ?

    Par contre, effectivement j’ai du mal avec ceux qui sont super déçus, ont du mal à s’en remettre, pleurent etc. pace qu’ils n’ont pas le sexe souhaite. ?
    Je pourrais comprendre qu’après 3 garçons, tu puisses avoir une petite déception si ton 4eme est encore un mec, mais bon de la a pleurer etc., bof. Mais ça ne me révolte pas. 🙂

    • Coucou Laetitia,

      Merci de prendre le temps de répondre et surtout de partager ton avis 🙂 Ça me fait bien plaisir d’avoir des retours (positif comme négatif) !!

      Alors je pense que mon article était peut être mal formalisé sur certains points mais comme répondu à Audrey, ce n’est pas tant le fait de demander à savoir le sexe que cette « déception » quand le choix (et encore ce mot n’est pas approprié, on parle de la nature la …) n’est pas au rendez-vous !

      Vouloir savoir grâce aux technologies modernes pourquoi pas, surtout si on est trop impatient … Par rapport aux « couleurs » je te rassure, j’aime aussi bcp prévoir et j’avais de quoi habiller Martin jusqu’à ses 3 mois en couleurs neutres 🙂 bien avant qu’il n’arrive 🙂

      bisous à tes puces
      Marie

  3. Ping : Garçon ou Fille : Être déçus ? | Les Vendredis Intellos

  4. Je suis comme Laetitia, j’ai voulu savoir pour les mêmes raisons.
    Pour ma part j’ai toujours cru que j’aurais une fille, et j’espérais une fille, parce que, selon moi, c’était + facile : une fille je savais comment ça fonctionnait, un petit garçon non !
    Je m’explique pour un garçon je ne savais pas comment laver son sexe, enfin les gestes, et l’histoire du prépuce ça m’inquiétais aussi un peu, et puis une fille plus tard je saurais comment elle grandit, pas un garçon.
    Mais je n’ai pas été déçue, p’tre un léger pincement au cœur qui est vite passé, mais très heureuse d’avoir un bébé en bonne santé.
    Après si les choses qui changent : c’est qu’à 19 mois j’ai un bébé collé à sa maman, alors que parait que les filles c’est le contraire 😉

  5. Bonjour, je suis enceinte de notre troisième et j’ai beau avoir déjà deux garçons je préfèrerai en avoir un troisième plutôt qu’une fille. Au grand désespoir de ma belle mère et ma belle soeur qui rêvent de la pourrir de cadeaux « princesse ». Alors non ce n’est pas pour des questions de déco, ou de praticité mais de peur tout simplement. Je suis le portrait craché de ma génitrice et cette ressemblance à fait que petite elle m’a traité comme une minielle et des mes 10 ans comme sa rivale. Du coup j’ai tout simplement une peur panique de reproduire ce comportement. Alors oui nous demanderons le sexe à l’écho mais quelque soit celui-ci nous ne serons pas déçus mais si c’est ‘ne fille j’aurais un gros travail à faire sur moi pour apaiser cette peur afin de l’accueillir dans les meilleures conditions et de tisser un lien sain avec elle (pas forcément plus rapidement pour le premier ce fut instantanément mais pour le deuxième il ma fallu 7 mois pour être certaine qu’il m’aimait).

  6. Bonsoir Marie,

    C’est bête mais ton article m’a fait pleurer. Comme tu le sais, nous avons garder la surprise pour bébé1 et bébé2. Pour bébé1, une fille. Pas de soucis pour moi, je m’en doutais un peu, même si un garçon m’aurait fait plaisir. Bébé 2, une fille, et là, c’est le drame. Je suis déçue. Oui! Déçue! Pourquoi, puisque je gardais la surprise? Juste parce que voilà, je m’étais mise dans la tête que c’était un garçon. Tout le monde m’annonçait aussi un garçon. Et du coup, voilà, j’étais déçue, juste quelques secondes, mais quelques secondes de trop à mon goût. J’adore mon petit coeur, mais voilà, je m’en veux. Et en lisant ton article, je culpabilise encore plus….

    • Coucou Julie,
      Pourquoi culpabiliser si finalement tu es contente ?
      Tu as été déçue de t’être trompée ou au fond un garçon t’aurai vraiment plus plu ? Peut être qu’en répondant à ces questions, tu sera plus en paix ? 🙂

      Et puis tes petites puces te comblent, c’est bien la le principal ? 🙂

      bisous
      Marie

  7. Dommage que tu ne sois pas venue sur le blog des Vendredis Intellos – où tu t’es pris une véritable volée de bois vert! – pour répondre aux nombreuses remarques qui t’ont été faites suite à la publication de ton billet. Ce ne sont pas les lectrices qui ont « mal compris » ton article, c’est toi qui a tenu des propos extrêmement maladroits, culpabilisants et sans aucune nuances. Cela aurait été une preuve d’intelligence de le reconnaître et de te remettre quelque peu en cause…

    • Bonjour.

      J’ai pris le temps d’éditer mon billet pour y mettre plus « les formes ».
      J’ai pris le soin de contacter Mme Déjantée au sujet de l’article.
      J’ai pris le temps de lire chaque commentaire mais ce n’est pas à moi (qui ait mon avis bien tranché sur le sujet) de répondre aux regrets ou inquiétudes de chacun(e).
      La plateforme des VI envoi à l’auteur un mail à chaque commentaire donc oui, j’ai tout lu.

      Si tu as un avis divergeant sur le sujet, rien ne t’empêche de rédiger un article, étayé et faisant débat. Libre à toi.

      Merci d’être venue exprimer ton avis.
      Marie

  8. « Les regrets et les inquiétudes de chacune »? Ô_o Tu as blessé par tes propos de nombreuses personnes mais tu persistes à penser que tu t’es contentée d’avoir mis le doigt sur un sujet sensible, c’est ça? J’espère en tout cas que tu ne t’exprimeras plus jamais sur le blog des Vendredis intellos, un espace dédié à la réflexion mais surtout où tout le monde – contributrices comme lectrices – fait preuve d’une grande tolérance envers les choix de chacun: tu n’y as clairement pas ta place.

    P.S.: j’utilise un pseudo mais tu t’adresses à moi par le prénom qui apparaît sur mon adresse mail. Cela en dit long sur ton prétendu respect des données confidentielles qui te sont livrées ici…

    • (re) Bonjour,

      Je ne souhaite pas entrer dans une polémique mais le ton agressif que tu emploies est désagréable.

      Que la lecture de mon article ne te plaise pas, je le conçois. Que tu exprimes ton avis est intéressant et tu remarquera que même si je modère les commentaires (pour éviter les spams), ils sont tous publié.
      Mais que tu en arrives à ne même pas dire « Bonjour », et à être agressive, je ne le tolère pas.

      Excuse moi quant à l’utilisation de ton prénom. Ceci est une erreur qui est corrigée.

      Donc je te remercie de passer ton chemin si cet blog ne te plaît pas.

      Et n’hésite pas à contacter Mme Déjantée (qui gère les VI) si tu souhaites émettre des remarques quant à ma participation. J’en ai déjà discuté avec elle.

      Bonne continuation,
      Marie

  9. Ping : Égalité : Lutter contre les stéréotypes filles-garçons dès le berceau - Les Aventures de Petite Bête

  10. Ping : Égalité : Lutter contre les stéréotypes filles-garçons dès le berceau | Les Vendredis Intellos

  11. J’ai été terriblement désemparée lorsque j’ai appris que mon 3° enfant était un garçon. J’avais alors une fille de 4 ans et hélas notre 2° enfant, une fille, était née sans vie un an plus tôt. En aucun cas je ne souhaitais « remplacer » ma fille, mais il me semblait qu’avoir une fille pourrait réparer un peu le passé. Bien entendu c’était impossible, et il m’a fallu environ 24 heures pour me faire à cette nouvelle, et en être ensuite très heureuse. Mon fils a à présent 10 ans, je l’adore et pour rien au monde je ne voudrais qu’il ait été de l’autre sexe.
    Je trouve cet article trop personnel pour être pertinent. Votre expèrience vous est propre, elle ne peut être transposée à d’autres. Ce n’est pas parce que vous pensez que c’est mieux de ne pas savoir que c’est vrai.

    • Bonjour Vivie, En effet c’est un article très personnel et il n’est pas question de ne pas savoir, mais surtout de ne pas espérer l’un ou l’autre … Vous le dite vous même, vous reliez votre besoin de savoir à un désir de réparer le passé … Chose qui peut être préjudiciable pour le nouveau bébé je trouve …

      Très bonne journée et merci de votre commentaire 🙂
      Marie

  12. Bonjour,
    J’ai lu ton article avec beaucoup d’attention et je t’ai trouvé un peu dure.
    J’ai moi-même été très déçue en apprenant que j’allais avoir un second fils. J’avais les larmes aux yeux à l’échographie et la SF a clairement vu mon désarroi. J’avais d’autant plus mal que je me sentais profondément honteuse d’être déçue alors que mon bébé était en bonne santé. Je n’aurai jamais pensé réagir comme ça à cause d’une histoire de garçon ou fille !
    Il m’a fallu une bonne semaine pour accepter cette idée et gérer ma déception. J’ai parlé à mon bébé pour lui dire que je l’aimais profondément et que ma tristesse n’était pas lié à ce qu’il était, mais plutôt à ce que j’aurai voulu qu’il soit. Je lui ai cherché un prénom « spécial », laissant tomber le prénom masculin que nous avions pourtant choisi auparavant.
    J’ai été contente de le savoir à ce moment-là, plutôt que de le découvrir à sa naissance. Ma réaction a été si dure et m’a tellement surprise que j’aurai eu peur de rejeter mon nouveau-né…
    Je te remercie car ton article me fait quand même beaucoup cogiter car je suis à nouveau enceinte ! 🙂
    J’ai été si triste que mon aîné me dise qu’il ne pouvait pas se déguiser en princesse pour le carnaval car il était un garçon. Merci l’école ! Chez nous il se déguisait souvent avec de vieux vêtements à moi…

    • Bonjour Aurel,

      Merci bcp pour ton message 🙂
      Et en effet, ce matin encore j’expliquais à mon fis le principe des collants + robe (que j’ai mis auj), en disant que c’était surtout pour les filles … Mais il semblait intéressé pour tester …

      Bonne nouvelle grossesse 🙂 et attente sereine de ce nouveau bébé.

      Marie

  13. Je voulais une petite fille parce que j’avais peur de ne pas etre capable d’élever un garçon:
    Je n’ai pas de frère et un père peu présent dans mon éducation. Par ailleurs je trouvai autour de moi que les hommes étaient moins accomplis que les femmes. Autour de moi les femmes sont des femmes fortes, avec beaucoup de caractère et qui ont souvent su mener vie de famille, vie professionnelle, vie associatives…
    Je trouve que même si l’on vit dans un monde sexiste qui avantage soit disant les hommes (en réalité il n’offre qu’un modèle réducteur et sans intérêt de la virilité tout comme de la féminité en enfermant les gens dans ce qu’il devrait etre plutôt que de valoriser ce qu’ils sont réellement) etre un mec bien aujourd’hui n’est pas si simple: il faut pas etre macho mais quand même virile, parler de ses émotions mais savoir etre fort, etre tendre mais un mec, un vrai.
    Bon, ba j’ai eu un p’tit mec, la vie nous met souvent face à nos difficultés, du genre « j’ai senti qu’il fallait que tu travail sur ta représentation des hommes, alors c’est pour toi! »
    Bon en vrai je suis folle dingue de mon bébé chéri et tout est parfait, j’ai confiance en lui , puis je ne suis pas seule, il a un super papa…

  14. Eh ben ! Cet article avait fait des émules ! Je pense que si des personnes ont été blessées à sa lecture, c’est parce que ça les touche en profondeur, ça les remet en cause. Mais les gens (et moi la première) n’aiment pas être remis en cause par les autres.
    Comme tu le sais, je n’ai pas encore d’enfants, mais jusqu’à récemment, je souhaitais avoir des filles car je connais peu le fonctionnement des garçons, je n’en avais peut-être pas assez côtoyé. Mais maintenant, c’est bon, cela n’a plus d’importance, et tant mieux !

    • Coucou, la où tu as totalement raison, c’est sur le fait que les gens se soient sentis blessés. Je n’ai sûrement pas eu le recul lors de l’écriture de l’article pour manier les mots plus doucement.
      Mais il est vrai qu’ayant eu du mal a « avoir » nos deux petits avoir une préférences me semble vraiment bizarre/irréels 🙂

  15. Bonjour,

    je réagis un peu tard juste pour apporter mon ressenti:

    pour ma 1ère grossesse on a voulu connaitre le sexe de l’enfant, non pas parce que nous avions un préférence, mais pour pouvoir lui donner une existence propre et se projeter. En imaginant un bébé (sans sexe), je me voyais avec un joli bébé en pyjama blanc à câliner mais la projection s’arrêtait là, je n’étais pas capable d’imaginer un enfant. En imaginant une petite fille ou un petit garçon mon imaginaire m’emmenait plus loin dans l’enfance, on ne fait pas un bébé, c’est un état passager mais un enfant.
    Au final j’ai eu une magnifique petite fille, que nous habillons très peu en rose, nous choisissons de préférence des couleurs plus neutre et maintenant qu’elle a l’âge de choisir (quand on lui propose des options) elle prend ce qu’il lui plait (trottinette rouge, casque bleu…), elle joue aussi bien au train qu’à la poupée.
    Et oui elle est différente de tout ce que j’ai pu projeter pendant ma grossesse mais si je n’avais pas su le sexe j’aurai eu l’impression de renier son existence dans mon ventre: maman t’attend mais ne veut pas se projeter avec toi.

    Je suis enceinte du 2ème, je n’ai aucune préférence sur le sexe, (le papa aimerait un petit garçon mais serait aussi content d’une fille), nous demanderons à savoir le sexe à l’échographie morphologique. Mais la société est telle que l’on a quotidiennement des remarques « vous voulez un petit garçon du coup? », « vous ferez un 3ème si ce n’est pas le cas? » . Il faut qu’on se défende de vouloir un enfant plus que de vouloir une petite fille ou un petit garçon.

    Je vous trouve cependant très dur envers les mamans qui ont ressenti une déception: oui tout ce qui compte c’est un bébé en bonne santé et au final peu importe garçon ou fille mais il y a des histoires personnelles derrière la plupart des déceptions, et cette déception est totalement irrationnelle et culpabilisante pour ces mamans, elles cherchent juste à ce qu’on les aide à accepter leur enfant pas qu’on en remette une couche.

  16. Je me demande aussi comment on peut vouloir absolument un sexe en particulier pour son enfant. Surtout quand c’est le premier. Un souhait ou une espérance ça va mais être triste et fortement déçu si l’enfant est pas de sexe voulu je trouve ça difficile à concevoir. Je pense que je trouve ça triste pour l’enfant en fait.

    Espérons juste que les parents profondément déçus du sexe de leur enfant n’en fassent jamais part à celui-ci pour qu’il ne puisse jamais croire qu’il n’était pas 100% désiré tel qu’il était dès le début. Personnellement, j’ai connu une mère qui a raconté à son enfant devenu adolescent qu’elle le trouvait laid à sa naissance, qu’il n’était pas un beau bébé et qu’elle avait était déçue en la voyant. Au point d’en pleurer. Même si cet enfant est sincèrement aimé par sa mère et qu’elle le trouve beau maintenant, il reste que ça laisse des traces de savoir qu’on a été un jour une déception pour nos parents en ne naissant pas avec les caractéristiques qu’ils désiraient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.