Être et devenir : un film qui donne des envies de liberté !

Bonjour,

être et devenir afficheLundi 6 octobre, j’ai pu assister à la projection du film Être et devenir, au cinéma le Concorde à Nantes.

La projection a été organisée avec le concours de l’association Summerhill – 44, dont plusieurs membres étaient présents pour témoigner de leur vie quotidienne, en tant que parents au près de leurs enfants non scolarisés.

Image provenant de loichatel.com

Pour rappel, l’instruction est obligatoire, la scolarisation non (en France, j’ai d’ailleurs appris via ce film que dans de nombreux pays – Allemagne compris – ne pas scolariser son enfant est illégal !).

 

Le film

Ce film est avant tout un documentaire. Ce n’est pas une fiction mais la réflexion personnelle de Clara Bellar, la réalisatrice, sur le questionnement de la scolarisation de son enfant.

Voyageant beaucoup autours du monde, l’interrogation survient rapidement quant à la “culture” à adopter pour se fixer pour son fils.

 

Elle nous emmène donc avec elle, à travers le monde, à la rencontre de différents “piliers” de l’instruction informelle (John Taylor Gatto, La famille Stern) mais aussi des familles de toutes les cultures (européennes, américaines, …) pratiquant l’instruction en famille depuis plusieurs dizaines d’années voir générations !

Et qu’y découvre-t-on ? Des enfants, parfois bachelier et étudiant à la FAC avec plaisir leur matière de prédilection, qui savent apprendre, s’intéresser, découvrir et tout cela sans contrainte !

 

Un enfant est curieux de nature …

escargot sourd

Hier soir encore nous avons découvert avec Petit Bonhomme qu’un escargot n’a pas d’oreille et qu’il est donc sourd !

On y voit aussi, que ces enfants, contrairement aux idées reçues, ne sont pas incultes et associables. Bien au contraire. Leur capacité d’apprentissage est décuplée par le plaisir et l’envie du moment. Où comment apprendre à lire en 3 semaines … même à 8 ans !

La sociabilisation passe par des rencontres entre parents / enfants, les échanges intergénérationnels, les ateliers extra-scolaires. Ces enfants ressortent tous, enrichis, d’avoir des relations avec des grands, des petits, des enfants de leurs âges, de leurs milieux sociaux ou d’environnements différents.

Le film conclut tout de même en indiquant que la réalisatrice n’a trouvé aucune situation d’échec dans tous les enfants “non-sco” (non scolarisés) à travers son tour du monde. Que chaque enfant arrive à trouver sa / ses passions et la développer en apprentissage puis en métier.

Chaque enfant devient un adulte passionné et intéressé, confiant et épanoui.

1412620471024

Les expériences

Au-delà du film, un débat était proposé à la fin. Plus qu’un “débat” (la salle étant déjà confortée dans l’idée de l’IEF), cela s’est transformé en questions concrètes du “comment on fait” ? Comment on fait financièrement ?, Comment on fait lors des contrôles des inspecteurs ?, Comment on fait pour être sociables ?, Comment on fait pour ne pas se marginaliser ?, Comment ces enfants deviennent-ils des adultes instruits ? , …

Bref, le “pourquoi” était déjà loin, la salle conquise, et seules les questions matérielles substituent …

Alors concrètement, les intervenants ont admis travailler à mi-temps ou de chez eux (donc n’avoir souvent qu’un seul salaire et devoir faire les “sacrifices” en conséquence).

Des réseaux se créent sur Nantes ou ailleurs pour organiser des rencontres fréquentes et participer à des découvertes culturelles et internet favorise les découvertes.

 

La salle était enthousiaste mais à la sortie, comment faire réellement pour se priver d’un salaire ?

 

Mon ressentis

Clairement Petit Bonhomme depuis sa rentrée est plutôt heureux d’aller à l’école même si on le sent mitigé entre le plaisir d’y découvrir de nouvelles choses (et la fierté de compter jusqu’à 11 avec nous par exemple !) et les contraintes que cela impose … (des “colliers” pour chaque coins jeux pour limiter le nombre d’enfants en même temps, au temps limité de “jeux” …).

Il n’y va que le matin, cette année, et passe son après-midi libre chez l’assistante maternelle à dormir et vaquer à ses occupations.

Mais qu’en sera-t-il l’an prochain ?

 

Sans avoir réellement changé, on le sent plus réfractaire à la maison à nos demandes qui vont contre sa motivation du moment …

 

Bref une école qui serait au rythme de l’enfant et non pas une école qui souhaite faire rentrer l’enfant dans un petit bonhomme 🙂 ou 🙁 sera-t-elle une réalité un jour ? Pas sûr …

 

Se posera-t-on un jour la question à la grande majorité : “Mon enfant est-ce que je l’inscris à l’école ou non ? ” ?

Ou bien cette “nouvelle” norme d’apprentissage qu’est l’école depuis 1 ou 2 siècles sera-t-elle maintenant un carcan obligatoire, moule prédéfinis pour bon nombre d’enfants différents ?

 

 

Marie

marie

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 réflexions au sujet de « Être et devenir : un film qui donne des envies de liberté ! »

  1. Coucou
    J’ai également vu ce beau documentaire. Certains passages m’ont néanmoins drôlement surprise surtout quand le Mr dans la salle pleines de couleurs interdit à l’enfant de mélanger les couleurs…
    Difficile également de concilier vie d’aujourd’hui et besoin des enfants.
    Après, je ne me vois absolument pas ne pas mettre mes enfants à l’école…mais bravo pour ce documentaire qui nous fait découvrir une autre façon de faire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.