A la source !

Comme rapidement évoqué dans le précédent article, j’ai repris le travail ! Et oui à moi le train-train, le boulot et le retour au chaud le soir !

Retour au travail oui, donc nounou pour petit bonhomme qui s’y fait très bien, 2 jours chez nounou, le mercredi avec maman (et papa), 2 jours chez nounou puis week-end !

Conséquence : un changement de rythme mais aussi un choix à faire pour nourrir Martin !

Et oui, à 7 mois, le lait reste l’aliment de base de son alimentation et donc jusqu’à maintenant le lait de maman faisait très bien l’affaire et contentait tout le monde.

Alors pourquoi changer puisque tout allait au mieux pour tous ? Quelles conséquences cela entraine-t-il : prévoir de tirer du lait pour lui les jours où je suis au boulot.

Un petit biberon en pleine nature

Un petit biberon en pleine nature

On s’y prépare – les quantités : 

Afin de ne pas stresser par manque de lait mais aussi savoir « combien » … car comme beaucoup peuvent le dire, mes seins n’étant pas gradués, je suis incapable de savoir quelle quantité il faut pour un repas de bébé !

J’en ai donc discuté avec la médecin qui m’a indiquée qu’à son age, en moyenne un bébé était entre 150 et 180ml de lait artificiel conseillé / repas. Résultat, nous sommes partis sur ces dosages la et les biberons de 180ml ayant du succès, la nourrice de Martin lui donne ces doses la (purée + 180ml de lait / compote + 180ml de lait).

On s’y prépare – le matériel :

Qui dit lait de maman du tire-lait ! Car le faire à la main (c’est possible), je ne me l’imaginais pas !

Depuis juillet, la sage-femme de la maternité m’ayant fait une ordonnance, j’avais un tire-lait (Symphony de Medela très très bien) pour tirer du lait lors de mes absences ponctuelles (sur une journée ou 1/2 journée) et Martin gardé par sa mamie. Il me convenait très bien, double pompage très efficace &co mais … l’encombrement de « la bête » m’a incité me tourner vers un autre modèle de tire-lait (échange auprès de Grandir Nature où je loue mes tire-laits) plus portatif.

Grandir-Nature propose plusieurs modèles suivant les usages et pour le retour au travail (ou besoin de transport) le modèle Calypso de chez Ardo.

J’ai donc reçu et utilisé ce modèle depuis quelques mois (depuis mi-septembre) afin de m’y habituer et familiariser. Je donnerai mon avis plus bas à ce sujet.

En plus du tire-lait, il fallait aussi un moyen de stocker les 360ml quotidien et de les apporter à la nourrice.

Après plusieurs recherches et l’envie de ne pas avoir de contenant plastique nous avons fini par nous tourner vers des bouteilles en verre ! Quoi de plus simple que des bouteilles de jus de fruits (de votre supermarché) bues, nettoyées et stérilisées ? Le tout pour un prix dérisoire surtout si vous appréciez le jus contenu 😉

Lait dans les bouteilles en verre et sac repas

Lait dans les bouteilles en verre et sac repas

Et pour garder le frais de ce précieux liquide, un sac isotherme fait par maman ! (on peut y glisser purée et compote aussi).

On s’y prépare – le stock :

Afin de se pas se trouver dépourvus (bise venue ou non), et être sereins face au besoin et appétit de notre bonhomme j’ai commencé début novembre à faire des stocks de façon à pouvoir compléter les jours où je n’aurai pas pu tirer assez.

Après avoir testé de mettre le lait liquide directement dans un sachet congélation, il s’est avéré que lors de la décongélation, le sac avait tendance à micro-fissurer et donc le lait à se rependre dans le contenant ! Assez peu pratique … Surtout que cela faisait des gros bloc (entre 50 et 200ml suivant les tirages) impossible à mettre dans un biberon.

Résultat après recherches de solutions et bons conseils, j’ai tenté la mise « en glaçons ». Oui, pas pour mettre dans l’apéro 😉 mais pour conserver du lait !

En image, cela donne ça :

Lait maternel congelé en glaçons

Lait maternel congelé en glaçons

Pratique à faire et à manipuler :
A chaque tirage (souvent en parallèle de la tétée du matin) : je mets en bac à plat dans le congélateur. J’inscris sur un sac congel la date, la quantité. Et dès le soir je peux « vider » le bac dans le sac et stocker les petits sacs.

Pour ma part, je tirai donc souvent lors de la tétée du matin de Martin. Bébé d’un côté, tire-lait de l’autre. J’arrivais à tirer de 70 à 160ml suivant les jours et l’heure (et le nombre de visite de nuit 🙂 ) en 10 min (je faisais jamais plus histoire de pas trop « tirer » sur mon sein non plus).

Quelques petites litres (et glaçons) sont donc bien gardés au frais dans le congélateur ! Autant dire que mi-décembre lors de la tempête et de la coupure de courant dans toute notre commune, merci à des amis proches d’avoir pu sauver notre stock !!

On y est – tirage quotidien :

Janvier arrivant, voici ma reprise effective ! Et 360ml de lait nécessaire par jour. J’ai recommencé une nouvelle mission, dans une nouvelle ville, avec des nouveaux locaux (inconnus) et des nouveaux collègues.

Le planning depuis début janvier (Martin 7 mois) :

Pour Martin Pour Marie
Lundi et mardi : nounou tétée petit-dej, biberon après purée, tétée gouter après compote, tétée de retour (18h) et tétée du soir. (nuit parfois) Tirage de lait 10 minutes / sein (10 minutes à l’un puis l’autre) le midi (après repas). +/- 300ml. Le lundi pour le mardi et le mardi pour le jeudi.
Mercredi : repos tétée petit-dej, tétée dans la matinée, tétée après purée, tétée gouter après compote, tétée du soir. (nuit parfois) Tirage de lait en parallèle de la tétée de la matinée ou midi. 10 min ou jusqu’à 150 ml suivant quantité. En prévision de complément pour le jeudi et vendredi.
Jeudi et vendredi : nounou tétée petit-dej, biberon après purée, tétée gouter après compote, tétée de retour (18h) et tétée du soir. (nuit parfois) Tirage de lait 10 minutes / sein (10 minutes à l’un puis l’autre) le midi (après repas). +/- 300ml. Le jeudi pour le vendredi et le vendredi pour le lundi suivant.
 Samedi et dimanche : repos. tétée petit-dej, tétée dans la matinée, tétée après purée, tétée gouter après compote, tétée du soir. (nuit parfois) Tirage de lait en parallèle de la tétée de la matinée ou midi. 10 min ou jusqu’à 150 ml suivant quantité et nos activités. En prévision de complément pour le lundi et mardi.

Résultat, après 15 jours voici ce que j’en retire :
– Mon tire-lait est pas trop mal niveau encombrement mais le double pompage n’est pas (assez) efficace et nécessite donc de tirer 10 minutes à chaque sein séparément afin d’avoir des quantités suffisantes.
>> 2 fois 150 ml sans soucis en faisant séparément contre moins même si je laisse 20 min avec les deux en même-temps.
– J’arrive à tirer largement les jours de « repos » pour compenser les ml manquant des jours de travail.
– Personne ne s’inquiète ou n’a même remarqué mes 25 min d’absence le midi après le repas !
– Le sac à transporter reste conséquent et lourd.
– La manutention se fait bien.

Ma journée type (version lait / tire-lait) de travail :
7h : pendant que mon bol de lait (de vache !!) chauffe je sors les 4 packs de glaces que je mets dans le sac glacière fourni avec le tire-lait et range le tout dans le sac de transport.
– départ en voiture pour la gare avec mon sac tire-lait et mon sac à main. J’ai dès le premier jour troqué mon sac à main classique pour un petit sac à dos plus léger car porter 2 sacs en bandoulières était trop lourds et encombrant.
– 25″ de train pour mes sacs et moi !
– arrivée dans mon bureau après une petite marche.

13h : après repas je pars aux WC les plus proches de bon bureau avec mon sac tire-lait.
Je m’installe.

Installation tirage de lait au boulot

Installation tirage de lait au boulot

Installation tirage de lait au boulot

Accessoires

 

 

Après un lavage des mains au gel hydroalcoolique, je commence par insérer la dernière pile dans le tire-lait (que je retire après chaque utilisation sinon il se déclenche (et vide ses batteries) dans le sac !
Je monte le tuyaux + biberon et je mets en route le compteur sur mon téléphone (application Baby ESP super pratique) pour 10 minutes d’un côté puis 10 minutes de l’autre.
Changement de biberon entre chaque sein.
Une fois le tout terminé, je démonte la machine, sa pile et le tuyaux, range les 2 biberons tirés dans le sac isotherme et je peux retourner travailler tranquillement !

17h : top départ pour le retour et mes sacs et leur précieux contenu ! Marche à pied puis train puis voiture !
18h15 : le lait retrouve vite le réfrigérateur, les packs de glace le congélateur et moi mon petit loulou pour une tétée de retrouvailles bien méritée !
Lors de la préparation du repas (souvent par mon adorable mari), je gère la mise en bouteille en verre du lait (les 360ml). Le surplus étant conservé pour les jours suivants ou bien à l’inverse complété par le lait tiré auparavant.
Nettoyage de tous les contenant, et rangement de tout dans le sac.

Voilà une petite journée type pour le lait, le tire-lait et moi-même. Rien d’insurmontable et surtout le fait de faire cela dans les WC n’a rien de gênant. J’emporte mon téléphone histoire de surfer et regarder mes mails pendant ce moment.

Il faut juste : penser à toujours avoir 6 piles d’avance car le tire-lait ne prévient pas de sa décharge et il n’y a pas de prises dans les WCs !!

On y est – mon avis sur le calypso :

Mis à part son faible encombrement,  je n’en suis pas pleinement convaincue. Je lui trouve pas mal d’inconvénient et je compte tester bientôt le Freestyle de Medela (dont je ne manquerai pas de faire un retour).

Il tient dans un sac à main (photo au dessus) tout de même conséquent entre le tire-lait, le sac isotherme et les téterelles.

Sac du tire-lait Calypso Le sac fournit avec (avec scratch) a vite rejoint mon grenier car il n’est pas pratique, s’ouvre et risque de faire tomber le contenu (surtout lors de voyage quotidien voiture, train, marche à pied comme je le fais).

Le poids est lui aussi non négligeable.

Il faut y mettre 6 piles (rechargeable de préférence) qui tiennent environ 1 semaine (donc 6/7 séance à peu prés soit 1h/1h30 je dirai environ) et encore ce sont des batteries toutes neuves, 2300mA de marque.

Lorsque les batteries deviennent faible, le tire-lait fonctionne encore 2 minutes avant de se couper … Limite pour prévoir de changer ‘à la prochaine utilisation’ …

Pas de compteur sur le tire-lait, de mémoire d’utilisation ou encore de possibilité de tirer au maximum de la force d’aspiration et cycle de pompage.

Lorsqu’on utilise l’appareil en double pompage, cela divise par 2 la puissance d’aspiration. Résultat l’affirmation sur le site du constructeur : « Le tire-lait double pompage „Double PumpSet“ réduit de 50 % le temps de pompage. » n’est pas réel … puisque pour une efficacité similaire, il faut y passer 2 fois plus de temps :-/

Il m’arrive aussi que le tire-lait se mette en erreur : clignotement des LED orange et vert ainsi que des témoins de forces. Il faut alors redémarrer le tire-lait. En fait cela arrive lorsque je mets la force et la puissance à plus de 50% de chacun. Après contact avec Grandir Nature, la consultante m’a expliqué qu’en effet le tire-lait était fait pour fonctionner en mode « doux » mais pas au maximum des 2 …

Voilà donc mes petites aventures de maman allaitante. Du plaisir, quelques contraintes (mais minime), des rituels bien rodés !

Si vous avez des questions n’hésitez pas, j’ai aussi fait cet article afin de faire un retour sur la praticité, la possibilité et mes astuces pratiques au quotidien.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 réflexions au sujet de « A la source ! »

  1. Salut!
    Comme d’hab j’ai mon avis sur tout!
    Moi non plus j’ai pas été convaincu par le calypso mais j’ai pensé que je faisais une « allergie » au tire lait et donc j’ai du laisser tomber les tirages entre les tétées car inefficaces! Au final je m’en sors pas trop mal car Valentin commence tout juste à se sevrer et il a 10 mois et demi et moi je suis enceinte de 6 mois donc je trouve que c’est déjà beau.
    Mais pour numéro 2 comme j’habite à côté de mon boulot je crois que je vais chercher une solution alternative car je peux pas tirer au boulot…
    Bref en tout cas très intéressant ton avis sur la question!

  2. Petite précision sur l’excellente idée des glaçons : cela permet en plus de doser lors de la congélation, un glaçon faisant 10 ml ! De plus le format permet d’être sûr qu’il n’y a pas eu de décongélation (coupure de courant, porte mal fermée, sac oublié dehors, et.), tant qu’il a une forme de glaçon c’est qu’il est bon ! Bel article ma chérie, très bien détaillée, et bravo pour toute cette organisation !

  3. Merci beaucoup pour ce retour très intéressant!!!!
    Un peu d’organisation, et tout à l’air de bien se passer. Rassurant pour les mamans qui hésitent à se lancer.

  4. Ping : Le don de lait. « les Aventures de Petite Bête

  5. Merci pour ton article détaillé !!
    J’ai accouché le 6janvier d’une petite fille que jallaite !! J’ai commencé à tirer mon lait avec le ardo calypso depuis 15 jours matin et soir puisque je reprends le travail dans 15 jours!! Par contre mes quantités sont vraiment inférieures à ce que tu décris … Je vais tenter de tirer un seul sein … Mais pourrais tu me donner des explication sur l’utilisation :
    Je commence par mettre les cycles à dons et le vacuum à 2-3 puis dès que le lait commence jaillir j’augmente le vacuum et diminue les cycles…
    Mais est ce qu’il faut faire ainsi?? Si oui abcombien exactement??
    J’ai vraiment envie d’allaiter ma fille exclusivement et pourquoi pas cuisiner avec mon lait pour elle!!!
    J’ai besoin de Tes lumières!!
    Je te remercie par avance
    Emma

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.